Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de socrate
  • Le blog de socrate
  • : Comment faire ... ceci ou cela? Sur ce blog, vous allez découvrir les mille et une facettes du "Comment faire". Alors, ne perdez plus votre temps ailleurs, restez-là, scotchez-vous, vous saurez tout...
  • Contact

Sondages variants

Ne pataugez plus en écrivant

La conjugaison

Archives

Ici la réalisation des désirs

En cliquant sur ces mots,
vous allez pouvoir :
devenir Magicien
Etre plus Sûr de vous
et...Gagner plus
Maigrir pour toujours

Musique


Découvrez Jacques Brel!

































D'où viens-tu ... bloggeurs?

Référencé dans ...

  Dédicace
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 21:57
COMMENT FAIRE … LA CUISINE ?couvertureCuisine.jpg
Depuis des générations, on se pose cette question lancinante : Comment faire la cuisine ?
Cette question à laquelle personne ne pouvait répondre aux temps préhistoriques, trouva sa réponse dès que l’écrit s’implanta en tant que référent culturel. C’est d’ailleurs à ce moment là que l’on comprit la nécessité d’accommoder les œufs en les faisant cuire dans une poêle et non dans sa main où directement dans le feu comme le firent nos pauvrets ancêtres qui descendaient directement du singe si ce n’est de l’arbre lui-même.
(1)Fort heureusement un homme remarquable vint modifier nos tristes habitudes. De qui s’agit-il ? Ah, vous l’avez deviné ? Est-ce bien sûr ? Si vous êtes si sûr de vous, envoyez la réponse à l’auteur de cet article en cliquant sur « commentaire ».
Au cas où – fort improbable – vous auriez trouvé la bonne réponse, vous gagneriez le droit de continuer à lire ce blog et, même plus, celui de vous y abonner (voir les conditions non draconiennes pour réaliser ce vœu qui vous est chair non cher !
 
Bon, les préliminaires (appelé aussi prolégomènes dans la langue philosophique) vont être présentés dans les lignes suivantes (c’est le moins). Ils seront suivis des recettes anciennes, nouvelles, d’ici, d’ailleurs, d’autre part et même de nulle part.
 

I-PROLEGOMENES
Notre but étant d’éclairer le commun des mortels du "comment faire la cuisine", nous commencerons par définir le concept « cuisine ». Nous verrons bientôt qu’il sera nécessaire de définir le faire en bataillant fer à fer afin d’extirper ce que ce terme (82 définitions dans le Littré) peut contenir de vrai et de faux.
Par la même occasion, nous serons amenés à définir le Vrai et le Faux, nous appuyant tantôt sur les définitions de la logique aristotélicienne, d’autres fois sur la logique psychédélique dont la grande liberté d’expression plongera nos esprits totalement acidulés dans le nirvana absolu.
Donc, docteur, on commence par quoi ?
-          Ben, la cuisine, non ?
-          Ben non ! le faire plutôt…
-          Oui mais le faire est-ce le faire ou ne pas ?
-          Comment ça « nœud pas » ? nous ne parlons pas du nœud gorgien quand même ?
Là, le narrateur que je suis se permet une question : Qui c’est le nœud gorgien ?
Vous croyez peut-être que je vais renouveler ma proposition ci-dessus (voir (1)) ? Cette croyance est vaine et fausse. Je vous délivre tout de suite de celle-ci en vous infligeant l’histoire de ce nœud. La voici :
La tradition macédonienne situe l'histoire à Telmissus, l'antique capitale de Phrygie, située dans la partie orientale de la Phrygie qui devint une partie de la Galatie. Un oracle déclara aux Phrygiens, temporairement privés d'un roi légitime, que le premier homme à pénétrer dans la ville en conduisant une charrette tirée par des bœufs devrait devenir leur roi. Gordias, un pauvre paysan, entra dans la ville avec sa femme, en menant une charrette tirée par des bœufs, et fut proclamé roi des Phrygiens. En remerciement, il dédia sa charrette et ses bœufs au dieu phrygien Sabazios, assimilé à Zeus par les Grecs, et les attacha à l'aide d'un nœud inextricable de bois de cornouiller. Une prophétie déclara alors que celui qui pourrait défaire ce nœud deviendrait roi de l'Asie.
En 333 av. J.-C., Alexandre le Grand tenta de défaire le nœud. Ne pouvant trouver une extrémité pour le défaire, il le trancha d'un coup d'épée (la « solution d'Alexandre »). Une autre interprétation affirme qu'il demanda à l'un de ses soldats de le trancher. Alexandre poursuivit ensuite ses conquêtes en Asie, mais la prophétie pourrait n'être qu'une propagande inventée plus tard en son nom.
La charrette de légumes de Gordias devint l'emblème du pouvoir et d'une armée toujours prête au combat, exposée au palais des rois de Phrygie à Gordion, réduite au IVe siècle av. J.-C. à une satrapieperse.
Le nœud pourrait en fait avoir été un code religieux secret conservé par les prêtres de Gordion. Robert Graves, dans son ouvrage Les Mythes grecs, suggère qu'il pourrait symboliser le nom interdit de Dionysos codé dans un message, et qui aurait été transmis à travers les générations de prêtres et révélé uniquement aux rois phrygiens.
Aujourd'hui, l'expression « nœud gordien » s'applique à un problème apparemment insoluble qui requiert une solution originale et audacieuse.

Grâce à Wikipedia, vous trouverez réponse à vos angoisses légitimes concernant la faiblesse culturelle de vos neurones. Le lien ? OK, le voilà : http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C5%93ud_gordien
Merci qui ? Merci Wikipedia !
-          Reprenons. Nous devons définir le concept « faire ».
-          Ah ? c’est devenu un concept ? D’abord, qu’est-ce qu’un concept ?
-          Mais, savez-vous que vous êtes réellement un ignorant mon ami ? Un concept c’est… et puis, zut, voici la définition Wikipedia-tesque (terme entièrement néologique créé pour les besoins de ma cause :
-          On nomme concept une idée ou représentation de l'esprit qui abrège et résume une multiplicité d'objets empiriques ou mentaux par abstraction et généralisation de traits communs identifiables. Le processus est similaire à ce qu'on nomme en informatique une compression (éventuellement avec pertes).

-          Bien ! on peut avancer ?
-          Oui cher ami. Mais, tout devant être explicité avant d’attaquer la cuisine…
-          (en moi-même) pénible ce mec ! s’il continue je vais me le faire !
-          Vous disiez cher ami ?
-          Que dalle !
-          Mais il me semblait pourtant que vous murmurassiez en votre barbe…
-          (quel idiot ! je suis imberbe) Mais non, ami, je ne murmurais pas ! je pensais à la suite culinaire.
-          Bon, ce concept « faire » ?
-          Parmi les 82 définitions du Littré, je me permettrai d’en retenir une : la N° 3 « façonner, fabriquer, construire » au sens de faire le dîner, le déjeuner = préparer le… OK ?
-          Oui, mais le concept est un peu flou !
-          C’est vrai je pourrais employer directement le terme « façonner » au lieu de « faire ». Mais imaginez ce que cela donnerait : Comment façonner la cuisine ? Toutes les interprétations seraient également possible ! Voulez-vous savoir le nombre de définitions que donne Littré pour le terme « façonner » ?
-          Oh non ! pitié cher maître !
-          Allons, modérez-vous mon ami, il n’y a que 9 définitions ! Evidemment elles se rapportent au terme « façon » qui lui en comporte 20. Je vous le fais ? (hé hé, je le sens qui cède ! il va enfin me foutre la paix et je vais pouvoir définir le concept cuisine !)
-         
(Là, un bruit effrayant se produit. L’interlocuteur vient de s’effondrer de sa propre hauteur sur le sol de la cuisine !)
Fin de la première partie des prolégomènes
Suite dans le prochain article

Partager cet article

Repost 0

commentaires