Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de socrate
  • Le blog de socrate
  • : Comment faire ... ceci ou cela? Sur ce blog, vous allez découvrir les mille et une facettes du "Comment faire". Alors, ne perdez plus votre temps ailleurs, restez-là, scotchez-vous, vous saurez tout...
  • Contact

Sondages variants

Ne pataugez plus en écrivant

La conjugaison

Archives

Ici la réalisation des désirs

En cliquant sur ces mots,
vous allez pouvoir :
devenir Magicien
Etre plus Sûr de vous
et...Gagner plus
Maigrir pour toujours

Musique


Découvrez Jacques Brel!

































D'où viens-tu ... bloggeurs?

Référencé dans ...

  Dédicace
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 12:01
Jeudi 14 février 2008
La transmission par l'éducation

Aujourd’hui, nous allons examiner une composante non négligeable qui s’applique à l’ensemble de la société. Bourdieu, sociologue-philosophe de son état, écrivait en son temps « les Héritiers » où il exposait la reproduction sociale. Rassurez-vous mes chérubins, je ne vous imposerai pas de lire ce livre. D’ailleurs, croyez-moi, jamais je ne vous imposerai de lire d’autant qu’il vous est nécessaire pour réussir à échouer le mieux possible, de ne pas savoir lire. Or, vous avez appris ou on a tenté de vous apprendre (ce qui est la meilleure position, rappelez-vous. Vous ne vous rappelez pas ? Excellent ! Vous êtes sur la bonne voie.) à lire. Oubliez tout cela. Du passé faisons table rase … vous connaissez l’Internationale ? Non ? Vraiment, c’est bon de vous voir aussi inculte. La réussite de votre échec pointe à 2000 à l’heure. Pour revenir à Bourdieu, autant dire que l’éducation est pour quelque chose dans votre échec. Je pense l’avoir suffisamment démontré.
Je vais donc envisager quelques cas sympathiques qui vous faciliteront la tâche.
1.    Enfant, vos parents jouaient-ils au foot avec vous ? Oui ? Etiez-vous le ballon ? harakiri.jpgOui ! Oh ! Excellent ! Votre cerveau est donc adapté à la lente – ou rapide – dégradation vers l’échec. Qui plus est vous êtes vraiment aidé car, comme aurait dit Hara Kiri, (oui, c’est un homme politique ! oui c’est débile ta question ! oui qu’est-ce que j’en ai à foutre que ce que j’avance soit faux ? et ta sœur ? Quand elle dit qu’elle va garder des mioches et qu’elle revient le corsage défait et le slip perdu, elle ment pas elle ? Et tu la crois espèce d’âne !) Donc, vous jouiez gentiment au foot. Qui gagnait ? c’est vrai, il faut se poser les questions essentielles, non ? Toujours est-il que vos parents étaient dans le cas précis, parfaitement débiles et c’est ça qu’est bon !
2.    Vos parents vous enfermaient toute la journée dans le noir de la cave ou d’ailleurs ? Vous sortiez en tremblant comme une feuille morte et étiez prêt à baiser leurs pieds sales de crasse accumulée depuis des lustres ? Parfait ! Parfait ! Vous aviez des parents réellement mauvais, alcooliques sans doute, ayant fait des enfants car ils ignoraient ce que veut dire « contraception » ? Méchants comme des teignes, ils vous battaient comme plâtre ? Génial ! Vous avez un profil de perdant quasi idéal. C’est bon ça !
3.    Vous aviez des parents qui vous insultaient copieusement dès que vous les rencontriez ? Ils vous traitaient de lavette, de tapette, et bien d’autres termes fleuris ? Superbe ! Ils vous obligeaient à jouer les femmes de ménage ? Bien ! Et vous vivez toujours avec eux alors que vous avez atteint vos 51 ans ? Super ! Vous cumulez ! A quel magnifique perdant vous allez faire ! Enfoncez-vous encore plus en les suppliant de vous battre plusieurs fois par jour. Votre résultat n’en sera que meilleur.
4.    Vos parents étaient de hauts dignitaires de l’état et ne supportaient pas qu’à la maison on ne soit pas à leur lécher les bottes ? Vous souffriez le martyr quand votre père disait, sans s’adresser à vous bien sûr : « Charlotte ! Où avez-vous trouvé ce simili-enfant ?
-       Mais, George, mon ami, c’est vous qui le fîtes !
-       Impossible ! Jamais je n’eus participé à l’élaboration d’un tel déchet.
-       Mais George …
-       Il suffit, débarrassez-moi de cette chose. Eventuellement, faîtes-la porter aux objets trouvés.
-       Mais Georges, c’est impossible !
-       Vraiment ? Vous connaissez ma haute fonction. Appelez-moi de suite le résident. L’affaire va être vite arrangée. »
Ceci parle en votre faveur. Vous avez de l’avenir devant vous. N’hésitez pas à vous lancer dans la politique. C’est vrai qu’il y a beaucoup de perdant dans ce domaine. Mais vous pourrez briller de mille feux. Vous serez le roi, que dis-je, la quintessence même du râté ! Hé ça, c’est bon !
Certes d’autres cas tout aussi passionnants existent. Je ne puis malheureusement tous les envisager. Pour résumer, je vais donner la formulation importante.
-       Vos parents étaient totalement débiles ! Vous gagnez 15 points.
-       Vos parents vous frappaient jusqu’à vous laisser à moitié mort sur le sol. Excellent ! 20 points.
-       Vos parents étaient incestueux – ce que ça veut dire ? simple ! Votre gentil inceste.jpgpapa vous glissait sa banane dans la mignonette à moins que ce ne soit dans le popot. Votre maman vous invitait à brouter son pré poilu, éventuellement elle jouait avec votre petit bout de chair ou mettait ses gros doigts dans votre toute petite ouverture. Compris ? – Donc, ils étaient incestueux et vous ont initié au vice. C’est tout à fait excellent ! Vous gagnez 25 points.
Vous voyez, vous progressez bien et … malgré vous.
Mais ne désespérez pas, vos parents étaient peut-être et même sans doute, tout à fait normaux. Leur seule peur était celle de votre échec. Et cette peur, ils l’ont entretenue de tout temps. C’est elle qui sera le plus grand ferment de votre merveilleux et remarquable échec, rassurez-vous ! Vous êtes, somme toute, un cas bénin, courant, sans réelle marque délicieusement infamante. Non ! Vous êtes Monsieur ou Madame ou Mademoiselle Tout-le-monde dont, malheureusement la terre est couverte. Le plus difficile sera de vous distinguer. De sortir du troupeau comme disait Nietzsche. Nous y arriverons ! 
Au fait, je n’ai toujours pas reçu votre participation. Relisez les articles précédents et dépêchez-vous de l’expédier, sinon… je vais vous rejeter de ce passionnant blog d’où j’opère pour vous permettre de réussir à échouer le mieux possible.
J’attends donc votre règlement avant d’aller plus loin.
A demain, si toutefois vous m’avez expédié les pépettes et que je les aie reçues, pour la suite de votre palpitante aventure celle dont vous êtes le Zéro !

Partager cet article

Repost 0

commentaires