Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de socrate
  • Le blog de socrate
  • : Comment faire ... ceci ou cela? Sur ce blog, vous allez découvrir les mille et une facettes du "Comment faire". Alors, ne perdez plus votre temps ailleurs, restez-là, scotchez-vous, vous saurez tout...
  • Contact

Sondages variants

Ne pataugez plus en écrivant

La conjugaison

Archives

Ici la réalisation des désirs

En cliquant sur ces mots,
vous allez pouvoir :
devenir Magicien
Etre plus Sûr de vous
et...Gagner plus
Maigrir pour toujours

Musique


Découvrez Jacques Brel!

































D'où viens-tu ... bloggeurs?

Référencé dans ...

  Dédicace
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 15:23
Samedi 22 février 2008
Depuis l’article que j’ai publié hier, vendredi, suite à l’intervention forte de Claire (cliquez pour voir son site. Elle voit la vie en vert et contre tout ! Génial ! Moi ce serait plutôt en épine…), je me sens déboussolé. Réellement, je n’avais pas pris conscience – ce, malgré mon grand âge, Vème av. JC – des problèmes fous que cela pose l’introspection. Je vais m’efforcer de les résoudre un par un et, pour cela, je m’en vais définir les concepts au fur et à mesure de mes rencontres. Passionnant.
Mes découvertes conceptualisées :
1.    le-corps1.jpgcorps : qu’est-ce qu’un corps ? Vous vous gaussez, croyant que c’est simple. Hé non ! C’est la partie matérielle des êtres humains ! (pof ! 2 concepts d’un coup « être » et « humain ». Je note) Le Robert l’oppose à l’esprit, à l’âme ! ça se complique. Deux de plus. En plus, le corps est , semble-t-il, le siège des sentiments (mon corps souffre donc ?), des sensations (je grelotte, dit mon corps. Il parle ?), de la sensualité (oh, mon corps, comme tu es beau et tendre). En prolongeant ma lecture, je remarque que le vin aussi a du corps ! Est-ce le même que le mien ? Un autre différent et corps quand même ? Je commence à trembler. Ça, c’est quand j’entre en transe. Je le sens venir, ce truc. Et ça devient encore plus fou car on se perd corps et biens, dans un naufrage, vu que le corps du bâtiment (finalement, pas si inanimé que ça les bateaux !) sombre et le mien avec. L’un est de bois et l’autre de chair, oui ma chère chair, ça arrive. J’entre dans le délire absolu avec un corps céleste. Donc, les fantômes… ça existe ? Et puis, ça devient un ensemble constitué. Exemple : les chansons de corps de garde … et aussi le corps de la magistrature – raide comme un fléau ? – et puis le corps diplomatique, celui que l’on entend sans jamais le voir tout en le constatant … C’est duraillon ! Va falloir se décider.
Mais, si je choisis l’un des corps, sera-ce le bon ? Supposons que j’imagine que le mien est mon bâtiment ! Me voici nanti d’un corps en bois ! Oh, Pinocchio, t’es où ?
Ou que, pensons comme un fou, je me sente transporter dans une extase sans nom. Me voici céleste, un corps céleste. Je me vois mal flottant au-dessus de tout et de tous. D’autant que j’ai le vertige doublé d’une pétoche d’enfer quand je m’élève au-dessus de ma condition.
Ou encore que je sois un corps de garde. Je sens déjà des démangeaisons partout. Normal, mon corps est habité par tous ces gardes qui en font partie. Une foule parle, se dispute, chante, se bat… dans mon corps ! déjà que je rentre dans tous les objets que je rencontre, là, c’est à l’intérieur que je me sens heurter. Situation impossible. A tout prendre, autant prendre un corps diplomatique, feutré, peinard, tranquille, pas de vague…
Je vois.
Je vais être obligé de prendre un corps de chair et de sang. Le truc courant quoi. Comme tout le monde. Mais, ce ne sera jamais plus la même chose car j’ai peur qu’il devienne de bois, ou de souffle, ou de tout ensemble. Il va falloir jouer serrer !
2.    le-souffle.jpgâme : qu’est-ce qu’une âme ? du latin anima, le souffle. Ça me fait penser à l’arabe qui, lui aussi, parle du souffle. Ça se prononce genre « rrraa » en partant de la gorge. Peut-être que cette prononciation a donné le verbe « râler », spécificité bien française et, pourtant liée à l’ultime cri poussé de son vivant ! Je râle, donc je trépasse ! Là, je ne vais pas m’étendre aussi longtemps sur l’âme que sur le corps quoique, dans mon petit Robert non illustré, le nombre de sens soit également fort. En effet, on peut chanter avec une âme, être l’âme d’un peuple mais aussi celle d’un instrument de musique… Il faut se décider. L’âme sera donc, pour mon introspection, un souffle, LE souffle. Attention au courant d’air quand même. Peut-elle s’envoler ? Non, car, devant le passage ultime, il est fort possible de refuser celui-ci si l’on a l’âme chevillée au corps. Donc, je protège mes chevilles.
 
Me voici avec 2 concepts définis. Le corps de chair et de sang face à l’âme de vent ou de souffle si vous voulez. J’avance. Et au travers de cette avancée je m’aperçois qu’il me reste beaucoup avant d’introspecter (il me plaît beaucoup mon néologisme. Je le sens bien en bouche.) Je passe au MOI car sans moi que serais-je. D’autres ont chanté que serais-je sans TOI et moi je ne comprenais pas pourquoi il fredonnait cela. Sans toit, il reste toujours l’armée du Salut, les maisons d’accueil (hum !), les cartons et la liberté, les toiles de tente des Don Quichotte… d'où une confusion absolue avec ce que pourrait être le TOI mal défini. Pour le MOI, il suffit de ne pas l’écrire au pluriel où une confusion pourrait s’en suivre. Entre le MOI et l’émoi, il n’y a qu’un « l » de trop. Mais, quel dialogue faire tenir entre ce CORPS et cette ÂME ? Entre du concret et de l’abstrait. D’ailleurs, peut-on les comparer ? Ils sont en relation, certes, mais de là à ce qu’il dialogue. Et puis, est-ce bien certain que, lorsque je me prends une terrible mufflée, ce soit bien mon âme qui disent à mon corps « t’es dingue ! ». N’est-ce pas plutôt un échange entre moi et moi émoi.
D’accord, j’entends bien que je vous les casse avec toutes ces interrogations. Mais enfin, introspectez-vous ! Voulez-vous introspecter avec moi ? Vous voulez bien danser avec d’autres, alors ?
Voilà pourquoi, et ce dès aujourd’hui, je lance un mouvement novateur qui ira très loin et ne s’arrêtera jamais : « L’Introspective ». Pour adhérer, il vous suffit de remplir le bulletin que vous avez toujours rêvé de réaliser vous-même (hé, faudrait pas me prendre pour une poire qui doit tout vous présenter sur un plateau), puis vous l’envoyez par voie d’internet à mon adresse. Simple, non ? Dès que le quota des 10000 inscrits sera atteint, je passerai aux choses sérieuses. En attendant, bon vent.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Claire 27/02/2008 06:02

Je suis une coquine pleine d'espérance ! lol

socrate 27/02/2008 18:34

ça, j'en suis persuadé! et puis, l'espoir c'est meilleur quand c'est bien fait!

Claire Ogie 26/02/2008 08:33

Je ne savais pas que tu donnais des cours d'introspection ! lol
Merci pour le en vert et contre tout. ;-)

socrate 26/02/2008 09:26

Je donne en effet des cours d'introspection. Je viens de m'installer comme Introspectiste, nouveau métier qui fait la nique à la psych-analyse,ologie, ... Non, ce n'est pas du charlatanisme! A la différence de tout ce qui commence en "psy", l'introspective commence (intro) par tout mettre en perspective (en quelque sorte, une affaire de regard). Je m'étendrai dans un futur article.
Mais, je voulais te dire que ce que j'aime dans ton site c'est l'espérance que tu transmets gràce à ce vert profond que tu utilises. Quant à l'autre... oh le coquin!