Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de socrate
  • Le blog de socrate
  • : Comment faire ... ceci ou cela? Sur ce blog, vous allez découvrir les mille et une facettes du "Comment faire". Alors, ne perdez plus votre temps ailleurs, restez-là, scotchez-vous, vous saurez tout...
  • Contact

Sondages variants

Ne pataugez plus en écrivant

La conjugaison

Archives

Ici la réalisation des désirs

En cliquant sur ces mots,
vous allez pouvoir :
devenir Magicien
Etre plus Sûr de vous
et...Gagner plus
Maigrir pour toujours

Musique


Découvrez Jacques Brel!

































D'où viens-tu ... bloggeurs?

Référencé dans ...

  Dédicace
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 19:21

Jambe recherche corps pour vivre ensemble

jambe.jpgTous les jours ne sont pas de fête. En me levant, comme à l’habitude, je me massai longuement le cuir chevelu. Je ne sais de qui je tiens cette habitude mais ça me donne l’impression d’aller mieux. Je ne connais rien de tel pour se réveiller. Tout cela est certes subjectif. Mais pourquoi se priver de ces petits riens qui ne font pas de mal ?
Que disais-je ?
Ah oui, je venais de me lever, vers 8 h car je n’ai plus grand-chose à faire depuis que je suis entré dans le domaine des plus de soixante. La descente de lit franchie, direction les toilettes, se vider, se laver, se raser. Les choses habituelles quoi ! Puis le petit déj’, jamais le même car les habitudes étant une seconde nature, on a vite fait de se laisser dévorer par celles-ci. Aujourd’hui, menu café, tartines grillées, beurre salé, fines tranches de bacon grillées, quelques flocons d’avoine pour la santé que j’ai plutôt florissante, et, en avant coco. Le saut dans les vêtements. Les gaudasses propres mais pas brillantes de cirage, ça salit inutilement les bas de pantalon. Clé en main, je franchis mon havre. Ma femme dort encore. Je l’ai entendue mais dès que je serai sorti, elle se lèvera. Drôle d’habitude.
Tous les matins, je pars faire ma petite demi-heure de marche. Mon pote, médecin de surcroît, me l’a conseillé. Pour vivre vieux, respirons. Faut dire qu’ici, c’est les gaz d’échappement qu’on hume le matin. Putain de bagnoles ! Les gens sont devenus infirmes depuis cet avènement. Inutile de discuter avec eux. Ils préfèrent passer deux heures dans leur boite à sardine, coincés dans les embouteillages monstres de la région parisienne, plutôt qu’un quart d’heure dans le train. Paraît-il qu’ils sont plus libres ! Bof !
Je marche d’un bon pas. L’air est plutôt frais ce matin de décembre. Va peut-être neiger dans la semaine. Monsieur Météo en parlait hier soir. Entre nous, c’est un veau ce mec ! Se croit drôle avec ses airs de vieille pédale vaseuse et ces mots d’humour bouseux. De plus, il se trompe régulièrement. La semaine dernière, il annonçait un soleil radieux pour cette semaine. Depuis, l’a pas cessé de pleuvoir, sauf aujourd’hui ? Pour lui, l’indice de confiance frise les moins dix ! Je préfère sa collègue, au moins elle a un petit air rigolo. Enfin ! Entre la météo, les bagnoles, la télé sans intérêt… sûr Arthur. Hier, un film à la noix avec des morveuses qui se faisaient draguer et qui ne savaient pas si elles iraient dans les bois avec les loups ! En fait de loups, ils avaient plutôt l’air tarte leurs séducteurs, des vrais taches, comme dit ma fille – faut s’adapter au langage, pas ?
Avec tout ça, je monte la côte à Boivin aujourd’hui ? Ça me changera. Allez gars ! Faut savoir s’encourager surtout quand on sort d’une sciatique qui vous a coupé en deux ! Ma femme m’a dit que j’allais pouvoir me reconvertir en chercheur de trèfles à quatre feuilles, à l’époque. Elle n’en rate pas une. Heureusement, je n’aime pas les lamentations. Après celles de Jérémie, j’ai cessé d’y croire. Dans cette côte, il paraît qu’une gamine s’est fait liquider il y a une bonne quinze-vingtaine d’années. C’était le père de sa copine qui l’avait passée aux armes puis de l’autre côté ! Sale type ! Il faudrait les couper assez jeunes ces futurs criminels. C’est vrai qu’on ne peut pas deviner avant.
Et puis, dans tous les bouquins, ils s’avèrent que n’importe qui est capable de faire un bon criminel. Je n’ai pas encore songé à expérimenter… putain de m… c’est quoi ce truc ? Une jambe de mannequin ? Ben non ! Au toucher ça a l’air vrai. Rien d’autre ? Rien d’autre ! De dieu c’est le 18 ou le 17 les flics ? Allo ? Jules Trimarcheur, retraité de son état… Faut venir au lieu de me peler mon petit… êtes flic ou confesseur ? … je ne bouge pas, j’attends comme la vierge immaculée ! Quels glands ces flics ! Avec eux, si on est attaqué par un mauvais, on a le temps de crever 40 fois avant qu’ils arrivent. Tiens, ça me fait penser, 3 fois que je les ai appelé, à 15h la première fois, à 22 la seconde –prédestiné, hein ? – à 3h du mat’ la dernière… hé ben, j’les attends encore. Pourtant, ils sont super entraînés actuellement. De moins en moins de gros. Une police comme à la télé, c’est leur rêve. L’ennui c’est qu’ils n’arrivent pas à faire fonctionner leurs cerveaux. C’est ça obéir. Je me rappelle…
« Monsieur Jules Trimarcheur ?
-    Lui-même !
-    Inspecteur Leprunot, Olivier Leprunot.
-    Ouais ! bon vous voulez voir la jambe ?
-    On est là pour ça mon p’tit Monsieur ! »
Me traiter de petit, moi ! Quel con ! 1 m 70 ce n’est pas petit ! D’autant qu’il est de ma taille ce Prunot ! Porte bien son nom ! Ferait mieux de s’occuper de la jambe !
« Vous l’avez trouvée quand ? Vous l’avez touchée ?
-    Y’a une p’tite demi-heure. De la bâche, là, j’ai vu dépasser l’morceau ! pas joli, joli ! Je croyais que c’était un mannequin ! Pas d’pot, une vraie jambe ! M’est avis que celui qui l’a perdue, il ne l’a pas encore retrouvée, pas ?
-    Ça m’a l’air de vous amuser ? et puis, qu’est-ce que vous faisiez là ? Vous allez m’accompagner au poste !
-    Houlà le jeune ! pas d’affolement ! moi je n’ai pas que ça à faire, d’autant que je vous ai attendu une demi-heure montre en main ! Le moins qu’on puisse dire c’est vous n’êtes guère pressé de venir quand quelque chose cloche !
-    Vous allez venir avec moi !
-    Pas question ! Je connais mes droits mon petit ! Quarante ans dans les affaires, je connais la musique ! Vous pouvez m’envoyer une convocation quand un juge se sera penché sur la jambe, pas avant ! C’est tout ! Allez, salut ! occupez-vous plutôt de trouver le propriétaire ! »
Je l’ai planté là ce jeune con ! Non mais, pour qui se prend-il ? Crois encore qu’on arrête les gens comme on leur colle une prune sur leur pare-brise ? En tout cas, je me demande bien à qui elle est cette jambe. D’après la couleur, on dirait bien qu’elle est tombée là par hasard cette nuit mais qu’elle a été perdue depuis quelques jours. A moins qu’elle n’est fait un séjour dans le formol ? Bon, allons rejoindre le nid douillet. La prochaine fois, je n’appellerai pas ces flics, feraient mieux d’être un peu plus polis, non ! Enfin qu’est-ce que je peux, moi, si cette jambe traîne sur mon chemin. 


A suivre ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires