Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de socrate
  • Le blog de socrate
  • : Comment faire ... ceci ou cela? Sur ce blog, vous allez découvrir les mille et une facettes du "Comment faire". Alors, ne perdez plus votre temps ailleurs, restez-là, scotchez-vous, vous saurez tout...
  • Contact

Sondages variants

Ne pataugez plus en écrivant

La conjugaison

Archives

Ici la réalisation des désirs

En cliquant sur ces mots,
vous allez pouvoir :
devenir Magicien
Etre plus Sûr de vous
et...Gagner plus
Maigrir pour toujours

Musique


Découvrez Jacques Brel!

































D'où viens-tu ... bloggeurs?

Référencé dans ...

  Dédicace
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 17:36
Lundi 10 mars 2008
Hier, premier tour des élections municipales et cantonales pour une partie de la France. Pour la première fois de ma vie je ne me suis pas rendu aux urnes. Pourquoi ? Hé bien trois choix s’offraient à moi. Peu, n’est-ce pas ? Certes, mais l’ennui résidait dans le fait que les trois choix étaient du même bord. Or, la démocratie veut que les choix soient de bords différents, non ? Je ne supporte pas ce manquement à la liberté de choix des citoyens. Pourquoi ? Pourquoi un choix aussi directif ? J’ai pensé, il y a anguille sous roche. D’abord, pourquoi des personnes que je connais qui n’ont aucun sens politique se présentent-elles ? Elles qui ne savent pas distinguer la droite de la gauche ni du centre et qui, d’ailleurs, ignorent ce que cela représente.
Hé oui ! Peut-on confondre sans être particulièrement hypocrite le centre droit représenté par le Modem et la gauche ? Impossible pour toute personne ayant un tant soit peu une culture politique. Seuls ceux qui souhaitent évacuer du politique les indigents, les personnes rejetées du travail, les mal payés, les sans logis, et j’en passe… seuls ceux-là peuvent admettre sans rechigner ce genre d’alliance contre nature. C’est comme si on mariait un athée et une catholique intégriste ! Les flammes de l’enfer s’élèveront ! J’ai donc été chercher le mobile du crime du côté, non de la femme, mais de l’intérêt. Et là ! J’ai pensé ‘évidemment bien sûr !’ Je vous livre de quoi comprendre un peu mieux la réflexion hautement politique de ceux qui veulent à tout prix être maire ou conseiller général !
Ce que nous coûtent vraiment nos élus
La France compte :
·         577 députés,
·         331 sénateurs,
·         2040 conseillers régionaux,
·         4054 conseillers généraux,
·         36 785 maires, .
·         plus d’un demi-million de conseillers municipaux…
Budgets
  • budget du Parlement : 819,8 millions d’euros (513,2 millions pour l’Assemblée nationale et 306,6 millions pour le Sénat).
  • Les parlementaires ont augmenté leurs moyens de 9,3 % depuis le début de la législature, soit plus de 76 millions d’euros sur cinq ans.
  • la chaîne télévisée parlementaire (Assemblée et Sénat), dont l’audience est négligeable, a bénéficié en trois ans d’une augmentation de ses crédits de 48,5 %: elle dispose en 2006 d’une dotation de 21,7 millions d’euros, contre 14,6 en 2003. En novembre 2001, le député Michel Bouvard avait pourtant déposé un amendement demandant la suppression de ce gadget ruineux…
A la soupe brave gens !
Le conseil général :
5397,83 euros, c’est ce que percevra le président du Conseil général, tout comme le président de Conseil régional.
S’agissant des conseillers généraux et régionaux, leur indemnité varie selon la population de la région, en brut mensuel :
Moins de 250 000 habitants : 1 489,06 euros
De 500 000 à moins d’1 million : 2 233,58 euros
Plus de 1, 25 million : 2 605,85 euros
C’est une circulaire qui vient fixer, chaque année, le niveau des indemnités des élus locaux, conseillers généraux et régionaux, les maires ainsi que leurs adjoints. Dans tous les cas, et pour éviter les situations où le cumul des mandats aboutirait à un salaire de PDG, il existe des limites (on peut rire!). Ainsi, un élu local ne pourra pas percevoir au total plus de 8 100,48 euros brut d’indemnité de fonction, et 949,28 euros de frais d’emploi.
Le maire et ses adjoints :
Communes de plus de 100 000 habitants :
- Indemnité de fonction du maire : 5397,83 euros
- Indemnités des adjoints : 2 456,94 euros (2698,91 euros dans les villes de plus de 200 000 habitants).

Le plafond de 5 397,83 euros est valable pour toutes les villes de plus de 100 000 habitants, même pour les plus très grandes agglomérations (Paris, Marseille ou Lyon).

Communes de 99 999 à 50 000 habitants :
- Indemnité du maire : 4049,90 euros
- Indemnités des adjoints : 1 637,96 euros

Communes de 49 999 à 20 000 habitants :
- Indemnité du maire : 3350,38 euros
- Indemnités des adjoints : 1228,47 euros

Communes de 19 999 à 10 000 habitants :
- Indemnité du maire : 2 419,72 euros
- Indemnités des adjoints : 1 023,73 euro

Communes de 9 999 à 3 500 habitants :
- Indemnité du maire : 2 047,45 euros
- Indemnité des adjoints : 818,98 euros

Communes de 999 à 500 habitants :
- Indemnité du maire : 1 154,02 euros
- Indemnité des adjoints : 307,12 euros

Communes de moins de 500 habitants :
- Indemnité du maire : 632,85 euros
- Indemnités des adjoints : 245,69 euros

Majorations : jusqu'à 50 % de bonus !
Aux indemnités de fonction et de représentation peuvent s’ajouter de nombreuses "majorations", applicables selon le statut de la commune (articles L 2123-22 et R2123-23 du code général des collectivités territoriales) :
-       Chefs-lieux de canton : jusqu’à 15 % de majoration
-       Chefs-lieux d’arrondissement : jusqu’à 20 % de majoration
-       Chefs-lieux de département : jusqu’à 25 % de majoration.
 
-       Par ailleurs, des bonus sont également applicables aux villes qui ont le statut de stations touristiques (stations de sports d’hiver, par exemple), stations balnéaires, stations hydrominérales… Ces majorations peuvent atteindre 25 %.

De plus :
·         Les indemnités de fonction sont cumulables avec d'autres sources de revenus (d'autres indemnités de fonction, des allocations de chômage ou une pension de retraite, par exemple).
·         De plus, à ces indemnités de fonction, plafonnées, imposables et soumises à des prélèvements comme tout salaire (cotisations sociales et cotisation retraite, notamment), s’ajoutent bien souvent un autre type d’indemnités : les indemnités de représentation.
·         C’est une somme qui peut être allouée au maire, toujours par le conseil municipal, afin de couvrir les dépenses qu’il est amené à engager dans le cadre de ses fonctions (organiser des réceptions ou des réunions publiques, par exemple). Ces indemnisations, sortes d’avances sur frais, ne sont pas obligatoires : le maire peut bénéficier du remboursement des frais qu’il engage pour les besoins de la collectivité durant son mandat.
·         Ces indemnités de représentation ne sont pas imposables, et leur montant n’est pas plafonné : la seule obligation, en la matière, c’est que leur montant soit compatible avec l’état des finances de la commune. Mais le flou qui entoure leur utilisation (où s’arrête la "représentation" et où commence l’intérêt personnel ?) est au cœur de scandales tels que l’affaire des "frais de bouche" des époux Chirac à la Mairie de Paris (qui avait débouché sur un non-lieu).
 
Evidemment, lorsque l’on voit qu’un chômeur n’a pas le droit de cumuler, même 100€ avec ses indemnités d’ASSEDIC (surtout lorsque celles-ci sont de la hauteur du RMI-il risque d’être radié de l’ANPE et donc de ne plus avoir de revenus du tout ! Normal ! En tout cas, c’est l’avis de tous ces cumulards politiciens), on comprend mieux pourquoi certains maires (suivez les dernières affaires à ce propos) se permettent d’être aux ASSEDIC et d’avoir 8500€ d’indemnités de fonction ! Logique ! Il ne faut pas que nos pauvres élus se sentent frustrés dans ce monde de brutes dirigé par des chômeurs, des SDF, des smicards,…
Il n’y a plus qu’une solution pour lutter contre cette très grande égalité. (Voir « La ferme des animaux de Orwell : « Tous les animaux sont égaux, mais il y a des animaux qui sont plus égaux que d’autres »). Une seule solution : exiger que l’argent des contribuables ne serve pas à engraisser :
·         une bande de fainéants, cumulards, et jamais au service de ceux qui les ont élus !
·         Pas plus qu’à entretenir des entreprises dont les chefs déclarent leurs revenus (acquis en France)  en Suisse, au Luxembourg, en Belgique ou ailleurs.
Alors, on la fait cette révolution ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires