Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de socrate
  • Le blog de socrate
  • : Comment faire ... ceci ou cela? Sur ce blog, vous allez découvrir les mille et une facettes du "Comment faire". Alors, ne perdez plus votre temps ailleurs, restez-là, scotchez-vous, vous saurez tout...
  • Contact

Sondages variants

Ne pataugez plus en écrivant

La conjugaison

Archives

Ici la réalisation des désirs

En cliquant sur ces mots,
vous allez pouvoir :
devenir Magicien
Etre plus Sûr de vous
et...Gagner plus
Maigrir pour toujours

Musique


Découvrez Jacques Brel!

































D'où viens-tu ... bloggeurs?

Référencé dans ...

  Dédicace
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 22:29

mercredi 11 juin 2008

Saint Barnabé
patron de la ville d'Antioche et de Chypre. Il est invoqué contre la grêle et pour le rétablissement de la paix.
Lévite originaire de Chypre, Barnabas, voir les Actes des Apôtres,
chap 4, verset 36 et suite...
"Joseph, que les Apôtres avaient surnommé Barnabé (ce qui veut dire : l'homme du réconfort), était un lévite originaire de Chypre. Il avait une terre, il la vendit et en apporta l'argent qu'il déposa aux pieds des Apôtres." aelf

"Barnabé nous est connu par le livre des Actes des Apôtres. Juif originaire de Chypre, il est un chrétien des toutes premières communautés de l'âge apostolique. Il accepte de mettre tous ses biens à la disposition de l'Église et surtout, discernant le charisme de Paul, il a l'audace d'introduire cet ancien persécuteur de chrétiens auprès des apôtres. Envoyé par l'Église de Jérusalem à Antioche de Syrie il découvre que les païens accueillent avec joie la Bonne Nouvelle de Jésus. Associant Paul à cette annonce de l'Évangile, on peut dire que Barnabé a favorisé sa vocation missionnaire. Il participera avec lui à son premier voyage à Chypre et en Asie Mineure et témoignera avec lui à Jérusalem devant tous les responsables de l'Église des merveilles que Dieu accomplit chez les païens. Ce témoignage sera déterminant pour que l'Église accepte d'accueillir en son sein des païens sans leur imposer les obligations du judaïsme. L'un et l'autre devant avoir leur caractère, Barnabé se sépare de Paul après un différend au sujet d'un certain Jean-Marc, probablement le futur auteur de l'Évangile de Marc. Barnabé retourne alors à Chypre où la Tradition le fait mourir martyr. Bien que n'ayant pas fait partie des Douze, Barnabé, comme Paul est honoré avec le titre d'Apôtre. Sa vie montre que, sous l'impulsion de l'Esprit Saint, l'Église est missionnaire et catholique (universelle) dès ses origines."

C'était donc le treizième apôtre, sans doute celui que Diogène aurait pu chercher avec sa lampe et, au lieu de s'écrier bêtement « je cherche un homme »... dire à haute et intelligible voie « je cherche le treizième apôtre ! Pourquoi, lui demandé »-je ? Pour le derby de Londres, répond-il en remuant au fond de son tonneau.

Et, n'oubliez pas :

« A la St Barnabé
Fauche ton pré. »

Sainte Adélaïde de Scarembec
Vierge, Cistercienne à la Cambre (morte en 1250)
Encore une Vierge ! Et pas à l'enfant celle-ci, puisqu'elle n'en eut jamais. Tout le monde ne connaissait pas Gabriel...

 

Saint Amable
Prêtre à Riom, en Auvergne (mort en 475)
12-13 juin 2004 : Fête de Saint Amable, fête patronale de la ville de Riom (Pour ceux qui ignorent l'existence de cette ville, chère à VGE : Située à 10 minutes de la métropole régionale Clermont-Ferrand, Riom, deuxième ville du département du Puy-de-Dôme, bénéficie d'une situation privilégiée, entre la Chaîne des Volcans d'Auvergne (Vulcania) et la Plaine de la Limagne)

Amable naquit à Riom vers l'an 400. Devenu curé de sa ville, il construisit une église en l'honneur de Saint Jean-Baptiste. De nombreux miracles ont été attribués à l'intercession de Saint Amable après sa mort et même déjà de son vivant. Les images et médailles  représentant le Saint  portent toujours cette inscription « le démon s'enfuit, ainsi que le serpent et le feu ».

Deux fêtes solennelles marquent le culte de Saint Amable : le 19 octobre (Saint Amable d'hiver) et le dimanche qui suit le 11 juin (Saint Amable d'été). Lors de cette grande fête d'été, on porte en procession dans les rues de la ville la châsse contenant les reliques du Saint.

Au XIIème siècle, les porteurs formaient une confrérie locale se recrutant parmi les laboureurs, les jardiniers ou les vignerons : les brayauds (de braies, le pantalon qu'ils portent). Traditionnellement on était porteur de père en fils ; actuellement cela n'est pas toujours le cas.

La châsse est précédée de la roue de fleurs, mémorial d'une ancienne roue de cire que l'on portait en procession avant de l'offrir à Notre-Dame de Marsat le dimanche suivant.

En effet, on raconte que lors d'une épidémie de peste qui sévissait à Riom, les Riomois auraient fait le vœu à la Vierge de Marsat, si elle les en délivrait, de lui offrir un cierge d'une longueur égale à la distance de Riom à Marsat... Pour réaliser leur vœu, ils auraient fabriqué un cierge de cette longueur qu'ils auraient enroulé autour d'une roue.

Comme toutes les fêtes patronales, la fête de Saint Amable s'accompagne de réjouissances populaires : fête foraine, foire, etc. mais elle est surtout l'occasion pour la communauté catholique de Riom de prendre le temps de s'arrêter, de se détacher de ses préoccupations quotidiennes pour prier et manifester son désir de vivre d'avantage sa foi en communion avec ses frères.

Les traditions ancestrales auxquelles les Riomois restent très attachés témoignent de l'enracinement de la foi aujourd'hui dans un passé sans lequel le présent n'aurait pas de sens.

*

Samedi 12 juin :      à la messe de 19 h. accueil de la châsse de Saint Amable et de la roue de fleurs

Dimanche 13 juin : 10 h. départ de la procession de Notre Dame du Marthuret

11 h. messe solennelle à la basilique Saint Amable

 

Donc : Rendez-vous à tous pour être miraculé par Saint Amable qui saura vous faire travailler plus pour gagner moins ! Et n'oubliez pas que avec Saint Amable, le Démon s'enfuit (vous aurez tout de suite compris de quel démon il s'agit !)

 

Saint Hérébald
Ermite en Bretagne (VIIIè siècle)
Celui-ci, c'est du gratiné !!
Introuvable !! Avis aux amateurs éclairés !

Prénoms

  • Aleyde
    Si vous souhaitez longue vie à votre fille, il sera nécessaire de vous garder de ce prénom! Voici pourquoi:
    Au XIIIe siècle, une sainte Aleyde belge, atteinte de la lèpre, vécut dans la contemplation, cloîtrée au fond d'un couvent cistercien où elle finit par rendre l'âme, vers 1250. Depuis, Aleyde s'est également retirée de la vie profane : le calendrier, où elle figure pourtant, ne lui est pas un bon support publicitaire. Qui oserait, de nos jours, nommer ainsi une petite fille ?...
  • Barnabé: du déjà vu

A demain dans le cycle « A chacun son saint ! »

Socrate                             

Partager cet article

Repost 0

commentaires