Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de socrate
  • Le blog de socrate
  • : Comment faire ... ceci ou cela? Sur ce blog, vous allez découvrir les mille et une facettes du "Comment faire". Alors, ne perdez plus votre temps ailleurs, restez-là, scotchez-vous, vous saurez tout...
  • Contact

Sondages variants

Ne pataugez plus en écrivant

La conjugaison

Archives

Ici la réalisation des désirs

En cliquant sur ces mots,
vous allez pouvoir :
devenir Magicien
Etre plus Sûr de vous
et...Gagner plus
Maigrir pour toujours

Musique


Découvrez Jacques Brel!

































D'où viens-tu ... bloggeurs?

Référencé dans ...

  Dédicace
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 10:23

J'ai particulièrement honte d'avoir été (peut-être, l'espoir fait vivre, pas vrai?) à l'origine d'une telle inflation de personnes ayant scrupuleusement suivi mes conseils après lecture très attentive de mes divers articles sur "Comment faire ... la manche".
Une flambée de bonheur et d'orgueil ont envahi mon petit coeur sensible et je ne puis m'empêcher de vous faire partager mon émoi.



Faire la manche en s'amusant

Publié le 14 septembre 2009 par Fred41

Faire la manche en s' amusant

Donnez moi de l'argent, ou je vous mets mon pied dans la tronche


Faire la manche en s' amusant

Desolé je suis aveugle, je peux vous toucher les seins ?



Faire la manche en s' amusant

On va déjeuner ? vous payez.


Faire la manche en s' amusant

Donations pour la fondation des pizzas des afro unifiés



Faire la manche en s' amusant

Je ne vous tuerais pas pour de la bouffe



Faire la manche en s' amusant

Je code en html, pour de la nourriture


Faire la manche en s' amusant

Le jour du jugement dernier est arrivé, montrez vos seins que je les juge


Faire la manche en s' amusant

Je vous parie un dollard que vous lirez ce panneau


Faire la manche en s' amusant

Remplacé par des images de synthese, besoin d'aide



Faire la manche en s' amusant

Besoin d'argent pour des recherches sur l'alcool


Faire la manche en s' amusant

Supportez les peluches sans abri



Faire la manche en s' amusant

Accepte les insultes pour 1 $



Faire la manche en s' amusant

Besoin d'argent pour de la bière, du shit, et des putes (au moins, je ne vous mens pas)


Faire la manche en s' amusant

Jedi sans abri


Faire la manche en s' amusant

Aidez-moi, je suis un vétéran de la guerre des clones, besoin d'argent pour construire une étoile de la mort.


Faire la manche en s' amusant

Voyageur de le temps, besoin d'argent pour un nouveau "capaciteur de flux"


Faire la manche en s' amusant

Ma femme a été kidnappée, il me manque 98 cents pour la rançon.


Faire la manche en s' amusant

Des ninjas ont tué ma famille, besoin d' argent pour des leçons de kung-Fu


Faire la manche en s' amusant

J' ai mal aux bras


Et toutes ces merveilleuses actions, je les ai découvertes sur le site suivant!
http://www.paperblog.fr/2300744/faire-la-manche-en-s-amusant/


Allez vérifier vous-même! Vous serez ainsi contraints de constater que mes recettes ont du bon!



Votre


Socrate


Repost 0
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 23:04

Je me promène, plutôt, je reviens de mes courses. Comme tous je mange ! Etonnant ? Pas vraiment. Il paraît qu'il faut manger pour vivre et curieusement, on nous appris qu'il ne fallait pas vivre pour manger ! Ah ? Je pensais pourtant, en lisant un article du Canard enchaîné que, pour certains, c'étaient leur raison de vivre : manger, dévorer, déchiqueter,..., de vrais prédateurs ! Mais j'y reviendrai.

Je revenais de courses, mon sac de marché à la main. Ben oui, on a beau s'appeler Socrate, les courses faut les faire. Donc, reprenons, je croise soudain un homme assis sur la bordure d'un trottoir, absorbé dans une lecture qui me semble passionnante. Ma curiosité naturelle ne fait qu'un tour. Je m'approche, je me penche, je reste dans cette posture inconvenante, figé, gelé, mais c'est un long frisson de joie que je ressens.

« Ça vous intéresse ?, dit l'assis.

  • - Ben oui, réponds-je (vous admirerez au passage cette remarquable inversion du sujet)
  • - J'ai trouvé ça sur internet. Un certain Socrate. Vingt dieux, vu la merde dans laquelle je suis, j'ai décidé d'appliquer à la lettre le programme...
  • - Le programme?
  • - Ouais. Ça s'appelle «Comment faire la manche».
  • - Ah? Intéressant?
  • - Remarquable! ça fait une semaine que je l'applique à la lettre, ben mon colon, ça marche du tonnerre de dieu!
  • - Ça vous rapporte?
  • - J'devrais pas vous le dire, mais, en une semaine j'ai gagné ce que je gagnais en un mois.
  • - Fichtre!
  • - Ah, si je le rencontre un jour, je le bénis 1000 fois! Des mecs qui t'donne des vraies infos, ben merde, c'est la première fois! Du gratos qui fonctionne...
  • - Et?
  • - Si ça vous intéresse, j'peux vous inscrire dans mon équipe.
  • - Merci, mais je ne peux pas, cœur fragile, surveillance médicale journalière...
  • - Tant pis pour toi, vieux.
  • - Allez salut, bonne réussite.
  • - No problème, mec. Je vais me faire des couilles en or. Sans rien pour ces salauds du fisc.
  • - Génial. A un autre jour.
  • - Salut.»

Je suis reparti, gonflé de ma réussite. Et d'un ! Alors, vous hésitez encore ? Pauvres petits misérables. Mon programme va bientôt être payant, vous étiez prévenu.

A un autre jour.

Votre Socrate


Tiens, avant de vous quitter, une petite vidéo sympa :
"Télémagouille, par les Inconnus"

Repost 0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 17:08

Bonjour mes petits chéris « mancheurs ».

C'est vrai, je vous ai laissé tomber durant un certain temps, mais, moi aussi j'ai une vie ! D'autant que j'ai déjà trois réseaux de « mancheurs » qui travaillent pour moi. Obligé d'assurer des séances collectives de remotivation, ce n'est pas rien !

L'intérêt ?

J'ai monté cette affaire de mancheurs, il y a plus de 10 ans maintenant. M'inspirant du fonctionnement du MLM (Multi-level marketing = Marketing de Réseau (en gros)). Allez, je vous explique comment on vous arnaque royalement par le MLM.

1-Vous cherchez du travail (quel gland ! enfin...)

2-Vous lisez une annonce : sur le journal, sur internet, ... Elle vous propose un job à domicile. Evidemment, vous vous méfiez un peu mais, hélas pour vous, il y a les factures à payer, les enfants (vous auriez dû vous faire émasculer à la naissance... de toute façon avec la tronche que vous vous payez et le terrible vent permanent qui souffle dans votre crâne vide... vous n'auriez jamais dû faire d'enfants ! Bon ! D'accord, je ne suis pas là pour vous faire prendre conscience de votre profonde inutilité, mais, quand même !!), votre belle-mère (que vous n'avez pas encore osé zigouiller ! Vous avez tord, elle n'a pas fini de vous emmer... tant pis pour vous ! Quand on est c.., on l'est pour la vie !), et, et votre femme qui vous pompe (pas le dard) le moral à longueur de journée (comme je ne suis pas sexiste, cette diatribe s'applique aussi aux femmes, il suffit de remplacer le masculin par le féminin ! Quand j'ai l'air de parler aux hommes, je suis dans le cas de l'homme en général (qui recouvre femmes et hommes ! OK ? Je ne le redirai pas, alors ne venez plus me faire ch... avec vos histoires !). En un mot, vous êtes mal barré dans la vie et, soudain s'offre à vous, le rêve : bosser chez soi, tranquille, à n'importe quelle heure et ramasser du blé ! Hé là ...

3-Vous appelez (ou vous vous inscrivez) et, là, une réunion vous est proposée avec adresse ... (si c'est par internet, on vous dit : conférence à telle heure, tel jour et branchez-vous avec le logiciel que voilà ! idem, quoi !).

4-Vous y allez. Vous vous retrouvez avec plusieurs personnes (de 5-6 à 50-100) face à un harangueur de foire qui vous explique que, quand il a commencé, il était comme vous (très con, sans boulot, juste sa chemise et encore... avec des problèmes terrifiants de couple, d'enfants, ... enfin, le vrai beauf !) Vous vous reconnaissez ! (j'avoue qu'il vous a bien vu venir !). Pour gagner plein de fric, il vous explique le multilevel, tiens, je vous fais un schéma simple :

 


Explication :

  • vous adhérez (juste le pack de départ à 180€)
  • vous trouvez 2 filleuls qui adhérent (donc 180x2=360€ sur lequel vous recevez 5%, soit 18€)
  • vos filleuls 1 trouvent chacun 2 filleuls (sous filleuls 1) qui adhèrent. Vous touchez désormais 2% sur chacun d'eux et ce jusqu'à la 7ème génération (ou 10ème!), ce qui multiplie vos gains de façon quasi automatique! Vous n'avez que 2 filleuls à trouver! Je vous laisse calculer si vous en trouviez 10 ... Et votre recruteur, lui, il en a trouvé en UNE semaine, oui, une semaine mes chéris! il en a trouvé 100!! Imaginez ce qu'il touche avec 7 générations qui, eux ont trouvé, facilement, une trentaine de filleuls! Je ne vous fais pas le calcul, mais vos yeux commencent à clignoter! C'est la jackpot qui défile devant eux. Vos yeux ont pris la forme d'une caisse enregistreuse ... Votre gourou vous a rallié à sa cause!

Alors ? Vous avez saisi ce qu'est le MLM ? la plus belle arnaque du monde. Pratiquée par Amway au départ, puis bien d'autre dont Herbalife... Vous allez débourser 180€ car vous êtes un C- avec d'énormes lettres !

Voilà pourquoi l'affaire que je vous ai proposée est hyper rentable !! Et que je l'ai améliorée pour la rendre encore plus sûre !

Si vous n'avez rien compris, allez vous faire ... chez les grecs ! Vous êtes décidément trop c-- !

Vous l'avez compris ? Parfait ! Donc, quand vous recrutez, n'oubliez pas de faire payer un droit prohibitif à vos futurs employés-filleuls-sous filleuls-...

Mais, pour séduire, il va vous falloir un discours rôdé, impeccable, lucide et réaliste ! Je l'ai écrit pour vous ! Il faudra que vous l'appreniez par cœur si vous voulez réussir comme super-mancheur ! Evidemment, tout travail mérite salaire, donc, à vos bourses... ouvrez... par ici la monnaie ! Pensez à ce que vous allez gagner grâce à moi, Socrate ! Donc, un petit mail, je vous dis comment on procède et je vous envoie le discours qui convaincrais même un muet !

Je suis obligé à partir de ce point d'éliminer les trop nazes pour ne dévoiler mes secrets qu'aux meilleurs, hein ? C'est nous les meilleurs ! Rejoignez une équipe qui gagne avec Socrate à la tète de cette internationale des mancheurs. Après formation complète (à vos frais, évidemment) vous vous verrez décerner le titre fameux et envié de « super-mancheur » et en avant pour le fric qui tombe à flots sans être déclaré ! Ouahhhh ! c'est bon les cocos !

A bientôt de voir vos sous reluire dans mon escarcelle !

Repost 0
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 22:58
Samedi 8 mars 2008
Avez-vous bien digéré les leçons précédentes ? Rappelez-vous, vous devez être le meilleur ! La manche c’est tout un savoir que je vous livre à petites doses homéopathiques afin que vous ne frisiez pas l’overdose. Vous avez commencé à agir ? Non ? Mais, qu’attendez-vous ? Que je vienne vous botter l’arrière train ? Attention ! Si vous continuez ainsi, je vous dénonce aux forces de l’ordre qui sauront bien vous remettre dans le droit chemin manchiste ! Non mais ! Et pourquoi il se défonce à trouver des solutions le Socrate si c’est pour avoir à faire à une bande de pignoufs incapables ? De deux choses l’une, soit vous appliquez dès lecture de la présente, soit vous dégagez et ne revenez jamais « pomper » mes merveilleuses recettes. Tiens, ça me fait penser qu’une (hé oui !) une triste bloggeuse s’est permis de recopier in extenso quelques pages de mon blog et de le mettre sur le sien ! Triste incapable ! Juste bonne à jeter aux poubelles (je suis poli !) Pompeuse ! Elle ferait mieux de se jeter aux pieds de son mec celle-là ! Enfin… Je sais, c’est la rançon du succès ! Comment je l’ai découvert ? Simple ! Les moteurs de recherche - il y en a quelques milliers en France, en Navarre et ailleurs ; des locaux petits-petits, des un peu plus grands, etc. et il y a même un site qui les répertorie. Donc, facile, à condition d’avoir du temps et du temps, j’en ai à revendre. D’ailleurs si vous voulez un morceau de mon temps, pas de problème. Mais je le vends très cher. Je ne suis pas arrivé à cet âge plus que canonique juste pour me faire enfler !
Je parle, je parle. Mais, il faut continuer à les éduquer ces pauvres bougres du bulbe.
Aujourd’hui donc, je vais vous livrer vos lieux de prédilection pour la manche. Vous vous rappelez ? Je vous ai dit : l’emplacement, l’emplacement, c’est vital ! Alors ? Une petite idée ? Vous allez dire que tout dépend du lieu où vous vivez. sondage01.jpgC’est juste et c’est pourquoi je vous donne avant tout une fiche questionnaire qui va vous permettre de localiser avec certitude cet emplacement idéal. Mais, n’oubliez pas, il va en falloir plusieurs des emplacements quand vous allez vous développer. Ah, vous n’y aviez pas pensé ? Oh que je suis étonné par ce manque de prévision. Bon, c’est le problème avec les zéros ! Ils comprennent toujours avec plusieurs trains de retard. Continuons.
 
 
1-Fiche de sondage
Feuille 1 Identité
Date du sondage
Nom du sondé
Adresse du même
Intérêt pour le sondage
Signature du sondé
 
Très important
Essentiel
Essentiel
Plus qu’essentiel
Plus que plus qu’essentiel
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cette feuille est à reproduire tel que sauf bien entendu les remarques de la 2ème ligne. Il est évident que les sondés adorent donner leur avis, surtout si vous les sondez accompagné de votre femme ou d’un de vos foutus marmots, armé d’une caméra (inutile que celle-ci soit en état de marche, mais, surtout, n’oubliez pas de vous fabriquer une casquette avec le logo de l’une de vos chaînes préférées (TF1, F2, F3 …) accompagné du mot magique « Presse ». Il est bien évident que vous dites faire un reportage qui va passer le … du mois de … de cette année, évidemment bande de nazes ! ça va pas passer l’année dernière ni dans 15 ans !
Mais, pourquoi cette feuille ?
idiotvillage.jpgDécidément, vous n’avez rien dans le citron. En fait, vous relevez peut-être plus de la catégorie que j’ai nommée « Echouer en 10 leçons ». A mon sens, vous avez le profil idéal. Rien dans la boîte. Du vent, encore et toujours du vent !
Cette feuille est essentielle car, imaginez que vous ne réussissiez pas dans ce bizness (admirez la francisation), vous pourrez toujours vous reconvertir en monte en l’air. Non, le monte en l’air n’est pas celui qui se précipite sur toutes les femmes qu’il voit passer ! Ça, c’est un obsédé (cherchez dans mes articles, vous allez trouver ce que ce mot représente). Le monte en l’air est simplement  un voleur qui, à la belle époque – Arsène Lupin …- dévalisait les grands hôtels. Ne vous en faîtes pas, je vous déconseille cela. Il faut être bougrement sportif pour escalader une façade d’hôtel ! Et vous… pas de cervelle… pas de muscles… le vertige… et surtout, vous êtes trop gros !
Donc, les adresses collectées vous permettront d’aller farfouiller chez ces braves gens qui étaient suffisamment cons pour donner leur adresse à n’importe quel guignol avec une casquette. Leur signature ? Mais, vous êtes vraiment demeuré ! Quand vous aurez fauché leur chéquier, à quoi il va vous servir si vous êtes incapable de le signer ? Pigé ? On peut continuer ? Alors, on continue et un peu de silence dans les rangs, s’il vous plaît !
La question à se poser maintenant est simple. Que doit contenir le sondage lui-même ? Vous ne devinez pas ? Mais, de quoi ai-je parlé tout à l’heure ? Aucun souvenir ? Ce ne sont pas des cervelles que vous avez, ma parole ! De simples toiles d’araignée… en moins résistant ! Il va falloir découvrir où ? où ? où se positionner. Les bons emplacements que diantre ! Compris. D’où :
2-Les questions du sondage.
 
Question
Oui
Sans plus
Non
1
Etes-vous bon catholique ?
 
 
 
2
Etes-vous bon musulman ?
 
 
 
3
Etes-vous bon protestant ?
 
 
 
4
Donnez-vous aux œuvres caritatives ?
 
 
 
5
Précisez le montant annuel
 
 
 
6
Donnez-vous aux mendiants ?
 
 
 
7
Combien ?
 
 
 
8
Si vous rencontrez un mendiant prévenez-vous la police ?
 
 
 
 
 
 
 
 
9
Où croyez-vous préférable que les mendiants se trouvent ?
6 pieds sous terre ?
En taule ?
A la porte des églises ?
10
Suite des choix
Devant la mairie les jours de mariage ?
Devant le meilleur restaurant de la ville ?
A la station de taxi ?
11
A vous de continuer les questions possibles en fonction de votre lieu d’habitation
12
13
Idem
Idem
Idem
idem
 
Comme vous le constatez, ce sondage est très subtil. On ne pose les questions intéressantes qu’à la fin du sondage. Le début permet juste de voir à quel guignol on a affaire !
Vous voici outillés pour découvrir votre ou vos lieux idéaux pour la manche.
Faites ce sondage avec le plus grand sérieux. Votre réussite en dépend !
harc-lement.jpgIl est évident que, pour toute personne ayant donné des réponses extrêmement négatives (humainement) aux diverses questions 9, 10 et suivantes, il sera nécessaire de prendre des décisions concrètes à l’encontre de ces personnages. Par exemple :
·         Harcèlement téléphonique
·         Faire circuler les pires rumeurs les concernant, dans leur environnement !
·         Débaucher leur femme (ou leur homme)
·         Les dénoncer à la police comme membres d’un groupement terroriste
·        
Surtout ne vous privez pas des mesures de rétorsion. Il est nécessaire que votre clientèle future soit fiable, sûre et ne vous envoie pas au trou !
Allez, au boulot les petits !
Bientôt, vous saurez tout sur le comportement à adopter face au chaland.
A suivre …
Repost 0
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 19:46
Lundi 25 février 2008
Petit récapitulatif. Pour écrire sur un tel sujet, d’une actualité brûlante, il est nécessaire de bien savoir où on tend la main (évidemment, « savoir où on met les pieds » apparaîtrait comme une hérésie dans le cas présent car, n’oublions pas que vous pouvez être cul-de-jatte ! Or cet opuscule s’adresse aussi à vous, pauvre sans jambe !). Donc, je dresse l’état des lieux.
chomeur2.jpgI-J’ai commencé par une présentation générale des conditions plus ou moins idéales qui pouvaient vous conduire à la mendicité. Je vous renvoie au 1er article qui, sans épuiser le sujet, présente malgré tout un certain nombre de critères où vous pourrez vous reconnaître. Si, toutefois, vous ne vous reconnaissez pas, demandez à vos voisins à quel profil vous correspondez le mieux. Sans compter que, d’une part, vos voisins vont adorer (je les entends qui se frottent déjà les mains ces voyous), ils vont avoir une nouvelle idée de vous. Sera-ce confirmation ou découverte ? Vous le verrez en observant attentivement leurs réactions.
D’autre part, vous allez leur rendre un service inestimable en leur présentant cet opuscule, inestimable lui aussi (n’oubliez pas de leur donner le nom de l’auteur – en l’occurrence moi, Socrate – ainsi que l’adresse de mon merveilleux blog où tant et tant d’idées intéressantes sont développées dans le détail pour mieux vous permettre de donner du piment à votre vie …). En fait, peut-être attendaient-ils cette demande – la vôtre – pour découvrir qu’eux aussi pouvaient … Si vous sentez cela, sautez sur l’occasion (pas sur la voisine ou le voisin, même si vous ressentez une forte affinité. Soyez patient-e que diantre !), et proposez leur de les embaucher (vous voyez, votre groupe de mendiants se développent à la vitesse Super-V !). Vous pourrez leur présenter les avantages de cette fantastique affaire … des journées de rêve avec la main bien en évidence … des nuits à calculer et recalculer les bénéfices colossaux qu’ils pourront tirer de cette activité prometteuse …
Que du bonheur !
Je poursuis.
II-Dans la suite 1, je vous ai présenté quelques petits trucs possibles pour appâter le chaland. Comme vous l’avez constaté les moyens sont divers et nombreux. Je n’ai pas eu la prétention d’être exhaustif. J’ai juste cherché à ouvrir votre esprit à un métier fort méconnu, d’avenir cependant, et à quelques façons de l’exercer. Mais ! Mais en effet, il sera nécessaire que vous composiez en fonction de votre personnalité. Il est évident que si vous êtes directeur d’une banque (genre SG = Sans Gigoter de son fauteuil pour voir les pépettes arriver dans votre escarcelle), les moyens que vous mettrez en œuvre seront différents de ceux qu’un chômeur patenté, parfaitement inséré dans sa condition, sera en mesure de développer. Cependant, Monsieur le directeur, il va falloir, pour une fois, mouiller votre chemise ! Ça vous fera faire de l’exercice.  Vous le dîtes toujours « On n’a rien sans rien ! » Hé bien, à vous de jouer le morceau cette fois.
napo.jpgIl est bien évident que, malgré votre fortune, vous n’allez pas débarquer sur le trottoir avec votre piano ! Vous ne seriez pas crédible ! Ni avec votre Stradivarius ! Ce serait de l’argent jeté par la fenêtre puisque vous NE SAVEZ PAS JOUER DE LA MUSIQUE ! Compris ? Vous souhaitez devenir la personne la plus riche qui soit parmi le monde des riches, alors, apprenez à démarrer modestement. Toutes les grandes fortunes se sont faites ainsi. Dans la clandestinité quand ceci est nécessaire (voir le marché noir durant 39-45. Vous imaginez un riche clamant partout qu’il se livrait au marché noir ? Non mais, il faut vous faire soigner !). Ou dans les associations caritatives quand il devient évident que vous êtes une grande âme et que vous allez donner du travail à ces pauvres, enfin, s’ils acceptent de ne pas être déclarés, ça va de soi ! L’important étant de devenir invisible aux yeux de tous, tout en sachant vous rendre présent, voire très présent auprès de vos délégués.
Vous avez bien assimilé les différents angles d’attaque. Parfait ! Sinon, révisez ! Il faut parfaitement connaître son job pour réussir (air connu). N’hésitez pas à parler autour de vous, de façon subtile – par exemple en donnant l’adresse de ce blog et en suggérant que vous pourriez en discuter, notamment des magnifiques pages présentant la manche sous un jour nouveau et glorieux – dîtes bien que Socrate, lui-même, s’occupe de ce blog ! Plus de 25 siècles d’expérience à la portée de tous. Croyez-moi, vous allez faire fureur !
Je continue.
fou.jpgIII-La suite 2 qui constitue la partie 3 de cet opuscule, normal pour une suite, présentait les différentes possibilités de développement. Notamment l’importance de l’habit. Il est bien évident que, si vous portez un costume de 5-6000€ sur vous, comme certainS de nos hommes politiques, vous aurez du mal à attirer l’attention, sauf celle de quelques skinheads qui auront raison de s’intéresser à votre sort. Pas de provocation ! Donc, costume si vous voulez mais bien roulé dans un cul de basse fausse, avant utilisation !
J’ai exposé aussi l’importance de la délégation pour réussir dans ce fabuleux métier. Au fait, vous avez convaincu votre femme d’aller mendier ? Oui ? Bravo ! Ah, elle n’a pas apprécié de se voir proposer de faire quelques douceurs pour obtenir des piécettes ? Bon, mais elle est si bien que ça votre femme ? Vous pourriez m’envoyer votre adresse que je vienne vérifier ? Rapidement, hein ! Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Non ! Ne lui cassez pas les dents pour lui donner meilleure allure ! Il ne faut rien abîmer ! Pensez que lorsque vous aurez réussi votre entreprise, elle sera encore là ! Ah, vous avez l’intention de la jeter dès votre fortune faite ? Mais vous êtes un véritable salopard ! Bon, d’accord, on n’est pas là pour enfiler des perles. Quand même, vous allez loin dans le réalisme.
En résumé, vous avez pratiquement tout pour bien faire.
Je vous rappelle qu’il ne faut surtout pas vous déclarer ! N’allez pas ouvrir une société avec Kbis obligatoire juste pour épater vos voisins ! Au contraire, exploitez-les ces idiots. Faîtes les marner au maximum. Tirez sur leurs revenus. Harcelez-les au boulot. Ah oui, c’est sûr, il sera nécessaire d’aller vérifier leur chiffre d’affaire plusieurs fois par jour. Attention aux arnaqueurs. D’ailleurs, avec la tête qu’il a votre voisin, il fait certainement partie de cette engeance. Attention !
coach.jpgCe qui vous manque, peut-être et même sans doute, c’est la motivation. Mais, Socrate est là ! Je vous livre juste ce petit truc pour que vous puissiez réussir dans cette joyeuse confrérie des mendiants. Matin, midi et soir, répétez-vous : « Je suis le meilleur mendiant du monde. Je me fais des c…lles en or avec ce merveilleux travail. (si vous êtes une femme, modifiez en conséquence) Merci Socrate de m’avoir ouvert les yeux. (très important le remerciement, il est nécessaire de bien l’appliquer. C’est la base du commerce !) ».
Si cela ne suffit pas, je forme à la motivation. Je serai votre coach, le tarif est dégressif suivant le nombre de participants. Ecrivez-moi.
Bien ! Nous continuerons notre sujet demain. En effet, il y a d’autres petites choses que vous ignorez. Dès demain vous apprendrez :
·         Comment trouver un emplacement ? Et le meilleur tant qu’à faire.
·         Faut-il sourire au chaland ?
·         Faut-il gémir, se lamenter, pleurer, s’arracher les cheveux, se traîner  aux pieds de …, vendre son âme éventuellement, …
Comme vous le constatez, vous avez encore beaucoup à apprendre. Cependant, vous avez déjà quelques armes qui vont vous permettre de faire un bout d’essai. En avant !
105-02_ani.gifA suivre …

Repost 0
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 10:43
Mercredi 20 février 2008
Aujourd’hui, reprenant mon bâton de pèlerin, je viens vous présenter quelques bons trucs pour faire la manche. Je parlerai de l’habit qui, justement, fait le moine pardon, le mendiant. Puis de la délégation. Très importante la délégation dans le monde de la mendicité. J’essaierai également de généraliser le monde de la manche en l’appliquant à des classes sociales différentes, ce, afin que vous compreniez bien que TOUS, oui, tous, ont intérêt à bien assimiler les préceptes de la mendicité que je vous expose.
Afin de tirer le maximum de profit de ces présentations diverses, je m’efforcerai de conceptualiser le terme « faire la manche » qui mérite que l’on se penche sur lui suffisamment longtemps.
1.    L’habit fait le manchiste (néologisme plus ambitieux que mendiant, non ?). en effet, nul ne peut se lancer impunément dans cette magnifique profession qu’est celle de manchiste. Non seulement il est nécessaire d’avoir foi dans ce métier inter-âge et même inter-classe et, j’irais jusqu’à dire inter-politique. Il est nécessaire de savoir se tenir et donc d’adopter un habit de circonstance … enfin, il est possible que dans certains cas, l’habit ne soit pas nécessaire. Je vous présenterai ces cas.
Donc, le vêtement se doit d’être choisi avec le plus grand soin.
·         Il ne doit pas être de première jeunesse. Osons le dire, plus il est usé, mieux il convient.
·         Il doit être sale voire vraiment dégoutant. Facile à vous procurer en faisant les fripes sur les marchés. Vous le confiez ensuite à vos enfants en leur demandant de jouer au foot avec. Sûr, ils vont protester : « mais papa, maman nous interdit de salir nos vêtements ! » S’ils insistent, frappez ! décidément les jeunes ne sont plus ce qu’ils étaient ! ils doivent obéir, point ! Donc, ils acceptent et vous rapportent un tas de chiffons ignobles que vous avez du mal à reconnaître. Très bien ! Félicitez-les ! Ils le méritent.
·         Le plus sale étant réalisé, il faut un parfum pour ce vêtement. Certes, pas Channel N° 5, non ! Plutôt Purin N° bien puant. D’accord, vous habitez en ville, et alors ? Vous êtes incapable au point de ne pas imaginer que vous pouvez pisser sur ces vêtements ? Hé, c’est de manche que l’on parle ! pas d’une réception au Fouquet’s ! Donc, cous vous débrouillez pour que l’odeur accompagne le haillon. Il est également utile de vous procurer un galurin (un chapeau, quoi). Il le faut lui aussi sale, puant, en fait, parfaitement en accord avec le vêtement. Donc, n’allez pas l’acheter neuf. Faîtes les poubelles. Ceci vous entraînera vers un réalisme de bon aloi.
·         En dernier lieu et, je l’avoue, ce n’est pas une mince affaire tant les réactions peuvent être violentes, voire définitives, il va falloir convaincre votre douce moitié que c’est votre nouvel habit de travail. Attendez-vous à ne plus pouvoir entrer à la maison à la fin de votre journée. Pour cela, je vous conseille d’utiliser les consignes de gare – ah oui ! depuis le plan Vigipirate de 1995, il n’en existe plus ! bon, mettez-vous d’accord avec un tenancier de bar qui vous gardera, moyennant une petite participation, des affaires propres soigneusement enveloppées dans un sac de sport. Vous le prendrez le matin, il contiendra alors votre outil de travail, vos haillons. Vous le déposerez le soir avec la même contenance. Entre deux, il aura contenu vos habits de con de bourgeois que vous êtes dans la vie courante. Compris ? Non ? Relisez espèce d’iconoclaste d’eau de vaisselle. Par ce truchement magique, votre moitié ou votre mégère – moi, je ne vous connais pas – sera contente de votre nouveau travail.
·         Voici quelques exemples de vêtement que vous pouvez utiliser.
d-guisement-mendiant-id-al.jpg  undefined mendiant-ordi.jpgmendiant-bonnet.jpgmendiant-inde.jpgmendiant-nu.jpg
Comme vous le constatez, tous les choix sont permis. Le principal ? Soyez inventif !
2.    La délégation :
La délégation est extrêmement importante lorsque l’on mendie. En effet, si vous êtes seul à le faire, vos revenus seront faibles. Par contre, vous avez une femme ? Oui ! Elle n’a pas un travail rémunéré ? Non ! Elle s’ennuie un peu à papoter à longueur de journée avec ses anciennes copines d’enfance qui, elles, ont eu la chance d’épouser un homme riche ou du moins, qui a encore un travail. Ça ne durera pas pour lui, rassurez-vous. En fait, vous avez une bonne longueur d’avance sur eux puisque vous savez – on dit merci Socrate – comment faire la manche. Donc, vous n’allez pas la laisser perdre son temps avec ces pouffes qui lui détruisent le moral en lui racontant la dernière chose qu’elles ont achetée. En d’autres termes, apprenez-lui à faire la manche. Si vous êtes trop gland pour lui apprendre, faîtes-lui lire cet opuscule. Elle comprendra certainement mieux que vous, espèce de naze ! Elle devient donc votre déléguée. Au début, elle souhaitera faire moitié-moitié, mais, c’est vous le chef ! Vous qui avez découvert un travail enthousiasmant, au grand air, avec des rencontres nombreuses et sympathiques … enfin, quelques fois. De plus, la raison l’emportera. Vous oeuvrez pour le bien commun, ensemble ! Vous êtes bien marié sous le régime de la communauté, non ? Sous le régime de la séparation des biens ? Mais vous êtes vraiment abruti ! Si vous souhaitez une vie agréable, saine, reposante, changez de régime de mariage. La communauté vous préserve. Vous n’avez rien, vous n’apportez rien, vous ne faîtes rien … et les pépettes rentrent quand même. Elle est pas belle la vie communautaire ?
Donc votre femme est votre première déléguée. Fixez-lui des horaires et des objectifs de rentabilité. Faute de quoi, elle va se décourager. Faîtes cela au jour le jour. Aujourd’hui, t’a rapporté combien ? Bien ! Demain, on augmente de 10%. Pas de contestation, OK ? Soyons sérieux, si elle ne trime pas assez, à quoi bon déléguer ? Vous voici maintenant à la tête d’une petite entreprise qui présente l’avantage de ne pas avoir à être déclarée. En effet, en France, la mendicité n’est pas au tableau du travail. Le livre IX du code du travail ne l’envisage pas du tout. Tant mieux.
Petit rappel essentiel : Vous pouvez mendier en étant employé à mi-temps ou à temps complet. Dans ce cas, déléguez à votre femme la mendicité car vous serez juste capable de vous effondrer dans le lit conjugal au lieu d’avoir encore quelques velléités coquines. Si vous êtes au chômage et que vous percevez des Assedic, ne divulguez pas votre nouveau métier ! De temps à autre, allez faire un tour à l’ANPE vêtu de votre nouvel outil de travail. Vous verrez, vous allez arracher des torrents de larmes. C’est toujours vivifiant cette compassion exprimée par les cons. Eux n’ont pas la chance d’avoir l’Opuscule sacré de Socrate entre les mains, hein ? Alors, on dit merci qui ? Merci Socrate !
Ce n’est pas suffisant comme membres de votre entreprise. Il faut avoir de l’ambition. Vous avez pondu combien de gosses ? Un seul ! Oh quel fainéant ! Faut vous y mettre mon vieux. Ah, vous n’y arrivez pas ? Invitez les voisins plus souvent. Ils vont bien trouver une solution surtout si votre femme est suffisamment accorte ! Si vous ne comprenez pas ce mot, allez-vous faire …  Vous avez deux enfants ? C’est déjà mieux ! Trois ? Bien, bien ! Quatre ? Plus ? Quoi sept ? Alors là ! ça va être l’entreprise du siècle mon lapin ! Je vois un léger sourire orné vos lèvres lippues, signe évident que vous avez saisi où je vous entraîne ! Bien ! Finalement, vous êtes mieux bête que vous en avez l’air.
mendiants-enfants-2.jpgVos enfants vont donc devenir vos délégués. Surtout, oubliez de les nantir du nom de : employés par la société familiale Taré&Taré ! S’ils se font arrêter, vous êtes foutu ! Donc, lorsqu’ils font la manche, ils ne vous connaissent pas, vous ne les connaissez pas. Au cas où les services sociaux les confieraient à un quelconque foyer social et, même, à une famille rêvant d’avoir enfin un enfant, ne vous lamentez pas ! Un de perdu, dix de retrouvés ! Ce dicton est valable de tout temps ! Appliquez-le ! Ah oui, vous aimez vos enfants ? Ah bon ? Vous préférez quel morceau ? L’aile ou la cuisse ? Allez, assez plaisanter ! Vous pouvez réussir dans le domaine de la mendicité et vous venez me tanner avec vos gosses perdus ! Vous êtes réellement incorrigible !
Avec cette petite troupe, vous allez bientôt voir que l’école et toutes ces âneries d’un autre âge sont totalement inutiles ! La rentabilité de votre entreprise va vous sauter au portefeuille. Votre femme va vos adorer car elle pourra bientôt dire à ses amies : « Oh mes chéries, on vient d’acheter le dernier modèle de Mercédès. Un petit bijou… Non, pas si cher. 165 000 € seulement ! » Ça va leur couper la chique à ces idiotes. Alors, on dit merci Socrate, hein !
Demain ou un demain pas trop lointain, je vous dévoilerai les secrets des meilleurs emplacements. Mais, chut ! Pour l’instant, à vos haillons et mendiez, mendiez à fond.
Affaire passionnante à suivre …
Un jour, peut-être, vous aussi, avec votre petite famille … allez, courage, tout vient à qui sait attendre.
kumpania zelwer , daïssa le salon des mendiants
Repost 0
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 19:16
Il m’est apparu nécessaire, au vu de vos nombreux courriers exaltants la particulière lucidité dont je vous aveuglai en son temps, nécessaire donc d’approfondir le sujet de la manche – pas celle de don Quichotte, non ! la vôtre, bien évidemment. Je sais, vous avez besoin d’un guide – je le suis – doublé d’un mécène nouvelle formule – je le suis également.
Comme vous l’avez constaté dans mon précédent article, il est impératif d’avoir foi en vous et pas d’avoir les foies mes gaillards ! Réfléchissez. Que valent-ils tous ces cloportes par rapport à vous, vous dont la valeur n’a pas attendu le nombre des années. Il n’est qu’à regarder votre compte en banque éternellement dans le rouge et qui, contrairement à ce que disait La Fontaine – je doute qu’il ait bu beaucoup d’eau lorsqu’il affirmait « … le travail est un trésor ! » - ne doit rien au travail, enfin, le vôtre bien sûr. En fait, j’avoue avoir longuement étudié la biographie de ce cloporte défendeur du travail, il n’a jamais rien fichu de sa vie de putassier, pour ne pas dire de plumitif. Il vivait royalement de ??? on ne peut l’affirmer, mais l’on pense que ses ancêtres …
Bon, je m’égare. On s’en fout de La Fontaine. Il nous faut du concret. La manche, à notre époque, requiert une organisation sans faille quelque soit le statut social que l’on occupe. Des exemples parlant sont là, sous nos yeux. J’en cite quelques uns qui vont vous éclairer.
·         Le coup de la pauvre femme ne parlant pas français, tenant son mandiante.jpgpauvre petit affamé contre un sein vide de toute montée de lait. Crac ! Vous craquez. Vous lui refilez 1/2/3 €, les larmes aux yeux, non de sa détresse mais de votre immense générosité. Vous êtes dans le cas « Bonne dame de charité du XIXème . Vous vous congratulez en vous éloignant à petits pas lents et majestueux, enfin, vous le croyez. Elle, dans sa langue étrange vous traite de sale gros con prétentieux ! elle a raison. D’abord, l’enfant n’est pas le sien. Son souteneur lui a prêté pour émouvoir les crétins. La preuve ? Les procès, forts discrets au demeurant, rendus contre ce genre de pratique. D’accord, vous n’êtes pas une femme. Et alors ? le déguisement ça n’existe pas ? Ah votre barbe… ben, les femmes à barbe, ça existe. Jusqu’aux années 50 début 60, elles étaient exposées dans les foires. Il est d’ailleurs temps de renouveler ces pratiques simples, vantant les mérites d’une quelconque difformité. En conséquence, essayez ! empruntez le bébé de la voisine. Faîtes un bout d essai, comme au cinéma. Ça marche ? vous avez trouvé votre complément de revenu. Ça ne marche pas ? essayez une autre formule.
 
·         Le coup du cul de jatte. D’accord, on n’en rencontre plus beaucoup sur cul-de-jatte.jpgleurs chariots en bois à roulettes du même matériau, armé de leurs merveilleux fers à repasser. Le plus difficile sera de trouver ces derniers qui ont été raflés par des collectionneurs sans vergogne et dissimulés dans les bas fonds de leurs logis. Mais, les puces, vous y avez pensé ? Vous sortez de votre boulot. Vous frottez vos jolies petites mains blanches - ou à peine salie des taches de votre stylo qui a fui, ce gland - sur le bitume couvert des milliers de pas ayant tout ramassé. Attention quand même, ne vous sucez pas les doigts, ne les mettez pas non plus dans vos larges narines dilatées par la jouissance de l’acte que vous allez commettre. Vous vous glissez dans votre déguisement de cul de jatte motorisé-main. Et, banco, vous foncez comme un paumé sur le trottoir, une escarcelle fixée sur l’estomac dans laquelle vous avez au préalable glissé quelques piécettes de 50 cts ou 20, afin de bien sonoriser. Vos cheveux sont hirsutes. Votre mine défaite. Vos yeux avec autant d’expression que ceux du basset que vous avez croisé hier. Vous bavez un peu (très bon la bave pour apitoyer). Vous gémissez, radotez, …, émettez quelques bruits singuliers – rots, pets, crachats, … montrant votre désespérance. Ça marche pour vous ? Oui ? vous avez trouvé votre créneau. Pensez un jour à vous faire couper pour de bon les jambes. Ce sera plus facile et vous n’aurez plus de crampes. Ça ne fonctionne pas ce concept ? Vous n’êtes pas un bon acteur. Tant pis ! continuez à lire. Votre bonheur, vous le trouverez ! foi de professionnel de la manche.
·         Le coup du guitariste. Celui-ci est réservé aux artistes, enfin guitariste.jpg… donc, il vous faut une guitare avec ou sans corde, pas d’importance. Enfin, au moins une ce serait bien (vous pouvez toujours la remplacer par un morceau de ficelle pour rôti). Où trouver une guitare gratos ? vous cherchez à m’exploiter non ? vous ne voulez pas aussi l’adresse de ma femme et celles de mes maîtresses ? Hé, il faut quand même vous secouer un peu les flemmards. Sonnez chez les voisins qui se plaignent sans cesse que leur guignol de fils leur défonce la tête avec cette guitare qu’il utilise comme une caisse claire, pas toujours très claire d’ailleurs. Vous leur dîtes : «  salut, voisins. J’ai une solution à vous soumettre. Donnez-moi la guitare. Vous direz au fiston qu’elle a été volée. » Là, ils vont vous sauter au coup en criant mille mercis et peut-être même en vous embrassant. Faîtes attention quand même. Si la femme vous passe, comme par mégarde, la main entre les jambes, dîtes discrètement « ce soir à 23h ». si c’est l’homme qui vous caresse les fesses, n’hésitez pas à lui balancer un coup de boule si vous ne faîtes pas partie du bâtiment. Sinon, susurrez le fameux « ce soir à 23h ». dans les deux cas, vous serez gagnants. Dès que vous avez l’ustensile, vous prenez vos fringues pour jardiner. Les plus clodos quoi ! vous allez en centre ville. Vous vous installez sur un parapet (attention, jamais au-dessus de l’eau, certains farceurs pourraient vous obliger à prendre un bain), vous prenez la guitare comme vous l’avez vu faire dans un clip vidéo de Johnny – ne vous inquiétez pas, il n’a jamais su ni jouer, ni chanter, alors vous … - et vous commencez à accorder en tournant soigneusement le dos à la foule. Très vite ça va se rassemble, fait cercle, attend l’exploit instrumental, remplit généreusement la cuvette bien attachée que vous aurez eu l’ingénieuse idée de poser à côté de vous. A un moment, vous vous retournez tout sourire béat, vous ne voyez personne (donc, regard dans le vague, vous aviez compris bande de nazes ?) et vous retournez illico sur votre instrument pour le réaccorder pour la dix millième fois. Applaudissements garantis, sauf les jours de pluie. Lancez-vous. Ça fonctionne ? Oui ? bravo ! attendez simplement que Bruno Coquatrix passe, enfin son successeur vu qu’il a dégagé le 1er avril 1979. Avec toute la technique moderne, vous allez devenir la star du Showbiz. Content ?
 
Ne vous impatientez pas, dès demain, enfin un demain prochain, la suite de mes investigations.
A bientôt, joyeux drilles. 

_________________________________
 
Vous avez bien suivi, donc, vous méritez une récompense.
Pour vous détendre avant d’aller « mancher » (oui, je sais, j’adore les néologismes, c’est mon problème, pas le vôtre ! mêlez-vous de ce qui vous regarde pauvres pommes !). Visionnez, une, deux, cent fois si vous voulez. Je sais, c’est difficile à comprendre, mais ... vous allez y arriver.

Repost 0
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 19:51

Comment faire … la manche efficacement

Cet article va sûrement intéresser beaucoup de personnes étant donné le grand nombre d’entre nous qui touche à peine le SMIC en travaillant 39-40-voire plus d’heures, sans pour autant être payé plus.

Je vais analyser un nombre important de solutions parmi lesquelles vous choisirez celle qui vous convient le mieux. De plus, ces solutions seront accompagnées d’exemples pris à l’actualité.

Que demande le peuple ? Du pèse mon brave, du flouze, des pépettes et pas des rogatons …

1-Vous avez du pognon, mais vous préférez utiliser celui des autres : (entre nous, vous avez raison, le vôtre, placé à 15% garanti sans visibilité, sera là pour vos vieux jours !)

-lus.jpgMode d’emploi : Vous vous présentez aux élections (quelles qu’elles soient, mais, préférablement présidentielles). Vous gagnez en ayant un discours rassembleur du genre « les immigrés dehors ! … les chômeurs, au boulot ! (avec en aparté : ah les feignants! Gagnent du fric avec leur RMI, s’en foutent plein les poches ces salauds !), … Les vieux, à la morgue ! … J’vous promets d’nettoyer au karcher toute cette racaille… ». Donc, votre discours porte ses fruits (n’oubliez pas de faire des promesses que vous ne tiendrez jamais – y’a que les imbéciles qui y croient !), vous voilà Président. A ce moment-là, surtout, ne dépensez rien ! Les grands de ce monde vont venir vous manger dans la main. L’un d’eux vous propose une croisière gratuite – évidemment ! - genre sud, soleil, nanas and Co. Vous n’êtes pas bégueule, vous prenez. D’ailleurs, on vous propose d’autres vacances à Noël, Pâques, la Trinité peut-être ? ACCEPTEZ TOUT. Vous ne payez rien. En termes de poker, vous venez de toucher une « manche royale ». Bravo. Vous êtes en bon chemin. Vous avez le beurre, l’argent du beurre, la grosse tartine, la servante, …, tout pour rien ! Vous allez pouvoir vous augmenter de 172% minimum car vous devez prévoir vos vieux jours ! Vous avez raison. Tapez dans le tas ! Ne vous privez pas. Merde après tout le boulot accompli pour arriver là, il faut bien se récompenser. Pensez aussi à modifier votre future retraite, faîtes voter des émoluments futurs de retraite qui soient les mêmes qu’en activité ! Y’a pas de raison de s’en priver, non ? La France est bien plus riche que vous. Donc … TRANSFUSION !

2-Vous avez un salaire décent

hauts-revenus.jpgMais il ne vous permet pas d’entretenir votre femme et ses 3 enfants (oh la pétasse ! pondre 3 fois ! merde !), vos 2 maîtresses et leurs 5 enfants (voir remarque précédente !), la bonne qui vous taille une petite de temps à autre, les femmes de vos potes qui ont bien besoin d’un petit remontant tant elles souffrent avec leurs abrutis de mari – qui sont vos meilleurs potes, évidemment – enfin, tout ce petit monde mêlé qui vous permet de faire face à vos nombreuses occupations journalières (faire suer le burnous, refuser les augmentations, être impitoyable avec les sous-fifres, trouver le temps de vous plaindre du travail colossal que vous abattez à cause de tous ces déchets que l’on devraient virer depuis longtemps – vous êtes trop bon – … donc, vous manquez de fraiche ! Comment faire ?

Premièrement, vous soudoyez un courtier de bourse, vous lui promettez que personne ne s’en apercevra et vous lui dîtes de détourner quelques milliards à votre profit. Au cas où il serait pris la main dans le sac, évidemment, vous vous désolidariserez de lui alors même que vous lui aviez promis le contraire. Lui, comme un c.. qu’il est, il va accepter car il vous aime vraiment (quel PD !). Vous vous allez vous frotter les mains. S’il se fait prendre, il y en a d’autres, ne vous inquiétez pas !

Avec l’argent ainsi récolté, vous allez pouvoir réaliser votre rêve le plus légitime, aller chercher 2-3 petites orientales pour vous laver les pieds et le reste. Elles ne sont pas chères et elles pourront aussi servir de bonnes. Heureux ?

Deuxièmement, et afin de noyer le poisson, vous dénoncez l’un de ces pauvres bougres, de temps en temps, afin de vous mettre au mieux avec la brigade financière et de vous blanchir par rapport aux petits porteurs. Vous garderez votre poste sans problème. Bien au contraire on saluera bien bas votre grande intégrité.

Vous l’avez compris, vous êtes la lumière et vous faîtes agir vos ombres. Content, non ?

3-Vous faîtes partie de la classe dite « pauvre travailleur » :

classe-moyenne.jpgHormis le fait que je vous traiterais bien de sale c... pour en être encore là, je vais donc vous donner les moyens de vous en sortir dignement.

a/ Vous êtes mariés, avec enfants et tout le tralala dettes et contre-dettes comprises ? Le moyen le plus simple c’est de vous tirer une balle dans la tête. Certes, la première fois ça fait mal, mais … après … quelle liberté. Le deuxième procédé, sans être aussi radical, sera d’abandonner votre foyer sans nul regret et d’aller vous louer comme garde du corps auprès de l’un de nos élus. Ils adorent qu’on les protège et, si vraiment vous ne pouvez plus le supporter, tuez-le ! Et trouvez-vous immédiatement un autre élu. Vous ferez chanter celui-ci en disant que vous le dénoncerez pour le crime du premier et, comme il a toujours pensé le liquider, il vous croira ! Ça c’est de la psychologie ! Vous pourrez recommencer jusqu’au moment où il n’y aura plus d’élus. Là, ce n’est pas dramatique car entre-temps vous aurez soutiré le maximum de pèse à vos bienfaiteurs ! Prêt ? En avant !

b/ Vous êtes célibataire, alcoolique, difforme, n’avez jamais connu d’autre femme que votre main ? Ben mon pote, ça va être dur pour toi ! Que faire ? Une seule solution, le braquage. Mais pas n’importe lequel. Commencez petit. Par exemple le salaud qui vous loue 15 m2 au prix d’un 150 m2 dans Paris. Vous pouvez éventuellement le torturer, il le mérite !

Dès que vous vous êtes fait la main sur ce polichinelle, envisagez plus grand. Vous allez faire travailler vos potes de la bouteille. Hé oui ! Vous n’allez pas gagner bézef si vous voulez à tout prix faire le boulot vous-même. Ce sont vos copains de soûlographie qui vont s’y coller. Une fois qu’ils auront pressuré la victime et que vous aurez récupéré de quoi vivre à l’aise, supprimez-les. Ils pourraient vous dénoncer.

Vous avez bien saisi le mode d’emploi, les rois de la bouteilles ? Oui, alors je continue.

4-Vous n’êtes plus rien, vous êtes SDF et sans emploi pour ne pas dire clodo !

SDF.jpgEvidemment, votre cas est dramatique, du moins vu par les yeux de la société. Pour vous, qu’en est-il ? Difficile à dire car tout dépend du temps que vous avez passé dans la cloche ! Je vais m’efforcer de distinguer les différents degrés.

a/ Le degré léger : Vous êtes entré en cloche comme on entre en religion, sans savoir. Tel le postulant, vous vous tenez sur la porte (j’ose, alors que vous êtes dehors !) et attendez d’être initié. N’attendez pas ! Reportez-vous immédiatement au chapitre précédent « célibataire » et accomplissez pas à pas le même chemin. Vous aurez beaucoup plus de chance car vous êtes devenus « sans nom ». Vous n’existez pas, quoi ! Donc, en avant, à fond les exactions. Qui trouvera un clodo ? Ça pue, ça fait pas bien dans la cour des grands et des flics. Pouahhh, loin de moi cette horreur. Vous avez donc toutes les chances d’en sortir millionnaire, voire plus. Bravo !

b/Le degré « je passe de l’autre côté » : C’est plus délicat. Vous avez sauté le pas. Vous vous traînez en tendant la main. Vous puez. Vous n’en êtes pas encore à vous couvrir de vos excréments, mais si vous continuez, ça va se faire. Pour vous, une seule solution. Retournez au point « a ». Et appliquez le même plan. Pour vous entraîner je vous conseille de liquider quelques collègues encore moins bien placés. Il faut vous faire la main, que diantre ! Courage ! Vous allez y arriver. Faute de quoi, rendez-vous en « c ».

c/ Le degré de non retour : Pour vous, une seule solution. Vous n’avez pas lu Villon ? Dommage ! Dans votre cas il est éclairant. Vous devez vous munir d’une fine lame et terroriser tous ceux qui refusent de vous filer 10 balles, puis, 20, puis 50, puis 100. Vous avez réussi ? Bravo ! Continuez. Vous voyez, ce n’est pas si difficile de faire cracher le chaland. De toute manière, il pète de trouille ce gros connard. Au fait, choisissez-les plus faibles que vous, hein ! Pas d’idiotie du genre « moi j’sons l’plus fort ! » Niet ! Vous allez vous prendre une rouste. Allez-y franco avec les femmes dont le sac vous paraît bien rempli, avec les enfants « ces petits salauds qui ne respectent plus rien, oui m’dame ! Qu’est-ce qu’on va en faire de toute c’te racaille ? ». Si vous n’appliquez pas ce plan à la lettre, il ne vous restera qu’un plan, le définitif mais après tout, vous ne valez pas mieux. Allez au diable, vermine.

Si vous avez des remarques pertinentes à faire, vous pouvez. Il n’en sera aucunement tenu compte ! OK ? Allez, à la prochaine.

Guardian-angel.jpgEt n'oubliez pas, il y a toujours un ange pour vous protéger! 
Appelez au 36 15 Ange y es-tu? (tarif : seulement 34 plumes la minute.)

Repost 0